Un dimanche à la piscine à Kigali (Fiction) and over one million other books are available for Amazon Kindle. Learn more

Vous voulez voir cette page en français ? Cliquez ici.


or
Sign in to turn on 1-Click ordering.
or
Amazon Prime Free Trial required. Sign up when you check out. Learn More
More Buying Choices
Have one to sell? Sell yours here
Start reading Un dimanche à la piscine à Kigali (Fiction) on your Kindle in under a minute.

Don't have a Kindle? Get your Kindle here, or download a FREE Kindle Reading App.

Un dimanche à la piscine à Kigali [Mass Market Paperback]

Gil Courtemanche
5.0 out of 5 stars  See all reviews (1 customer review)
Price: CDN$ 14.95 & FREE Shipping on orders over CDN$ 25. Details
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Only 2 left in stock (more on the way).
Ships from and sold by Amazon.ca. Gift-wrap available.
Want it delivered Thursday, October 23? Choose One-Day Shipping at checkout.

Formats

Amazon Price New from Used from
Kindle Edition --  
Paperback --  
Mass Market Paperback CDN $14.95  

Book Description

Feb. 4 2002 Boréal compact (Book 134)
PRIX DES LIBRAIRES DU QUÉBEC 2001Bernard Valcourt est journaliste. Il a été témoin de la famine en Ethiopie. Il a vu la guerre au Liban. Il n'a plus rien à apprendre au sujet de l'horreur dont les hommes sont capables. Et c'est par désœuvrement qu'il accepte, au début des années 90, de se rendre au Rwanda pour mettre sur pied un service de télévision.Chaleureusement accueilli au Québec à sa parution, ce premier roman de Gil Courtemanche a fait l'objet de traductions dans plus de vingt pays et sera bientôt porté au grand écran.«Avec cet ouvrage, exceptionnel, douloureux pour l'esprit, accablant pour l'espèce, vous aviez pénétré dans le pays des morts, partageant la marche funèbre d'un homme blanc aimant par-dessus tout une femme noire au cœur d'une Afrique rouge de sang. [...) Entrer dans ce livre, c'est accéder à un univers où le jour ne se lève plus.» - Jean-Paul Dubois, Le Nouvel ObservateurBoréal compact présente des rééditions de textes significatifs - romans, nouvelles, poésie, théâtre, essais ou documents - dans un format pratique et à des prix accessibles aux étudiants et au grand public. 

Customers Who Bought This Item Also Bought


Product Details


Product Description

From Amazon

Difficile de faire un best-seller avec un sujet aussi dur que le génocide rwandais. C’est pourtant le tour de force qu’a réussi le journaliste Gil Courtemanche dans son premier roman. Livre coup de poing, reportage-choc, témoignage inspiré, Un dimanche à la piscine à Kigali rend hommage aux victimes du massacre. “Il faut 10 000 morts africaines pour faire sourciller un Blanc, même s’il est progressiste”, dit Gil Courtemanche. L’auteur, qui fut correspondant de Radio-Canada en Afrique s’est rendu au Rwanda en 1992 pour faire un film sur le sida. Il y est retourné un an après le génocide, pour y constater la disparition de la plupart de ses amis rwandais, à qui il redonne vie dans son livre.

Bernard Valcourt, le personnage central, est un journaliste québécois venu lancer une chaîne de télévision qui n’a finalement jamais vu le jour. Désabusé, il fréquente la faune diplomatique, militaire, journalistique et financière de Kigali. C’est à leur quartier général, l’hôtel des Mille-Collines, courue pour sa piscine en L, qu’il rencontre Gentille, une des employées de l’hôtel. Il s’amourache de cette fille superbe dans le contexte impossible où l’hystérie collective atteint le point de non-retour. En relatant la décision du grand-père hutu de Gentille, qui voulut sauver sa descendance du mépris, le romancier traite du malentendu ethnique rwandais : “Au pays des collines, l’origine du père détermine l’ethnie des enfants. Père hutu, enfants hutus. Père tutsi, enfants tutsis, peu importe l’origine de la mère. Ses filles n’auraient qu’à épouser des Tutsis pour que leurs enfants fassent partie de la race choisie par les dieux et adulée par les Blancs.” Quant aux garçons, on pouvait leur procurer de faux papiers…

En suivant au quotidien les personnages qui composent l’univers de Gentille et de Valcourt, l’auteur donne un visage humain aux chiffres de l’horreur que certains passages montrent dans toute son abjection. œuvre d’amour et de haine, ce livre dépeint le désespoir de l’Afrique, où le sida, la pauvreté et la prostitution sont des fléaux endémiques.

Essayiste, polémiste, Gil Courtemanche a publié, notamment, Douces colères et Nouvelles douces colères. Le prix des Libraires du Québec lui a été décerné pour Un dimanche à la piscine à Kigali, dont l’écriture aux phrases amples, loin du style journalistique, a confirmé le grand talent de cet écrivain. --Raymond Bertin

About the Author

Gil Courtemanche est journaliste. Il s'intéresse particulièrement à la politique internationale et au tiers-monde.

Customer Reviews

4 star
0
3 star
0
2 star
0
1 star
0
5.0 out of 5 stars
5.0 out of 5 stars
Most helpful customer reviews
1 of 1 people found the following review helpful
Format:Mass Market Paperback
Un dimanche à la piscine de Kigali raconte les origines et la montée de violence qui a mené au génocide du Rwanda. Il raconte aussi le quotidien des rwandais, des coopérants et des diplomates qui ont assisté à cette effroyable tuerie. Mais surtout le roman lève un peu le voile sur les coupables de ces atrocités, et ce n'est pas uniquement ceux qui les ont commises...
Gil Courtemanche réussit ici la prouesse de ne pas seulement nous émouvoir et nous scandaliser. Par le biais de son histoire, il nous fait comprendre les événements qui ont mené aux massacres. Il nous fait vivre le quotidien des étrangers : coopérants, diplomates, forces de l'ONU, qui ont assisté aux événements du Rwanda, sans toutefois se mouiller. Il relate les faits sans tomber dans la description clinique pas plus que dans la propagande. Bref, il nous instruit sans qu'on le soupçonne et nous fait voir les dessous de cette histoire. Et ma fois il réussit avec brio.
Ce roman fut pour moi une douloureuse découverte, un peu comme Allah n'est pas obligé d'Amahdou Kourouma. Je suis stupéfiée et scandalisée de voir que bien des diplomates ne sont que des pantins. Que les grandes puissances tirent les ficelles qui mènent à ces tragédies. Mais surtout de voir jusqu'où la folie humaine est capable d'aller. Tuer à cause de simples différences physiques ou ethniques... n'est-ce pas là la plus absurde des raisons. Et de découvrir qu'un assassin sommeille en chacun de nous... ou presque. Ayant été élevés dans la haine, un tel conflit était inévitable.
Read more ›
Was this review helpful to you?
Most Helpful Customer Reviews on Amazon.com (beta)
Amazon.com: 5.0 out of 5 stars  1 review
1 of 1 people found the following review helpful
5.0 out of 5 stars Un must! À lire absolument même si c'est douloureux... Nov. 30 2003
By Frisette - Published on Amazon.com
Format:Mass Market Paperback
Un dimanche à la piscine de Kigali raconte les origines et la montée de violence qui a mené au génocide du Rwanda. Il raconte aussi le quotidien des rwandais, des coopérants et des diplomates qui ont assisté à cette effroyable tuerie. Mais surtout le roman lève un peu le voile sur les coupables de ces atrocités, et ce n'est pas uniquement ceux qui les ont commises...
Gil Courtemanche réussit ici la prouesse de ne pas seulement nous émouvoir et nous scandaliser. Par le biais de son histoire, il nous fait comprendre les événements qui ont mené aux massacres. Il nous fait vivre le quotidien des étrangers : coopérants, diplomates, forces de l'ONU, qui ont assisté aux événements du Rwanda, sans toutefois se mouiller. Il relate les faits sans tomber dans la description clinique pas plus que dans la propagande. Bref, il nous instruit sans qu'on le soupçonne et nous fait voir les dessous de cette histoire. Et ma fois il réussit avec brio.
Ce roman fut pour moi une douloureuse découverte, un peu comme Allah n'est pas obligé d'Amahdou Kourouma. Je suis stupéfiée et scandalisée de voir que bien des diplomates ne sont que des pantins. Que les grandes puissances tirent les ficelles qui mènent à ces tragédies. Mais surtout de voir jusqu'où la folie humaine est capable d'aller. Tuer à cause de simples différences physiques ou ethniques... n'est-ce pas là la plus absurde des raisons. Et de découvrir qu'un assassin sommeille en chacun de nous... ou presque. Ayant été élevés dans la haine, un tel conflit était inévitable. Mais n'avons-nous rien appris... Il n'y a pas si longtemps, d'autres grandes tueries ont eu lieu en Irak et en Afghanistan. Sans parler de la Bosnie... Où aura lieu la prochaine? C'est surtout ce que je retiens de ce roman et ce n'est pas sans me terrifier...
Search Customer Reviews
Only search this product's reviews

Look for similar items by category


Feedback