Vous voulez voir cette page en français ? Cliquez ici.


or
Sign in to turn on 1-Click ordering.
More Buying Choices
Have one to sell? Sell yours here
Tell the Publisher!
I'd like to read this book on Kindle

Don't have a Kindle? Get your Kindle here, or download a FREE Kindle Reading App.

Est-il permis de critiquer Israël ? [Paperback]

Pascal Boniface

List Price: CDN$ 29.95
Price: CDN$ 24.91 & FREE Shipping on orders over CDN$ 25. Details
You Save: CDN$ 5.04 (17%)
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Usually ships within 9 to 11 days.
Ships from and sold by Amazon.ca. Gift-wrap available.

Book Description

April 1 2003 Lapr :aider la vie
Spécialiste des relations internationales, Pascal Boniface met au jour une réalité singulière: l'impossibilité de critiquer le gouvernement Sharon sans encourir les accusations les plus extravagantes et des mesures de rétorsion qui s'apparentent au terrorisme intellectuel. Alors même que les juifs de France sont divers, que beaucoup d'entre eux critiquent le gouvernement actuel d'Israël et se rattachent au parti de la paix, la droite et l'extrême droite ont lancé sur la "communauté" une OPA intolérante visant à rallier, selon une logique strictement communautariste, tous les juifs français à un soutien inconditionnel envers la politique de la droite israélienne. Dès lors, toute critique de cette politique, toute tentative de traiter du conflit du Proche-Orient selon des critères universels, non communautaires, est assimilée à une volonté de détruire Israël et à une position antisémite. Ce sectarisme bruyant et organisé qui prétend prendre les juifs de France en otages pour en faire des simples courroies de transmission de la politique Sharon a trois inconvénients: il tend à disqualifier toute argumentation qui viserait à donner du conflit une vision plus équilibrée qui ferait droit aux revendications des Palestiniens; il fait peser une pression indue sur la politique étrangère de la France et sur l'évolution du débat public relatif au Proche-Orient en France; il accentue par sa violence verbale les tendances communautaires qui travaillent la société française. Auteur, en avril 2001, d'une note qui va être jugée explosive sur le conflit israélo-palestinien à l'intention du PS, Pascal Boniface a été lui-même victime d'une véritable campagne organisée. Il analyse ici le mécanisme dangereux, la "fatwa", dont il a été l'objet. Mais surtout il donne, sur le conflit du Proche-Orient, des informations et des réflexions propres à rétablir une vision équilibrée sans laquelle aucune négociation de paix ne sera possible. Il met également en lumière les risques d'importation en France du conflit du Proche-Orient.

Product Details


Product Description

From Amazon

"Je trouve inadmissible le terrorisme intellectuel consistant à accuser d’antisémitisme toute personne qui critique le gouvernement israélien". Intervenant à deux reprises en août 2001 dans le journal Le Monde, Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques, soulevait un débat, puis une tempête médiatique, en arguant qu’il existait une spécificité de la question israélienne en ce sens que toute critique formulée à son encontre était reprise comme une forme d’antisémitisme. Attaqué par une partie de la presse qui tronqua son discours ou qui fit mine de ne pas le comprendre, amené à la brouille avec l’ambassadeur d’Israël en France, recevant des pressions professionnelles et des menaces personnelles, Pascal Boniface n’a pas voulu que sa Lettre ouverte à un ami israélien, parue en août 2001, restât lettre morte.
Est-il permis de critiquer Israël ? est un texte qui veut faire le point sur la complexité de l’engagement des intellectuels face à la question israélo-palestinienne. Boniface y réaffirme que le débat est de "plus en plus biaisé et difficile" et constate une radicalisation des positions politiques, voire une déviance de certaines positions d’intellectuels démocrates, ouverts – celle du philosophe Alain Finkielkraut par exemple – qui semblent "tomber dans le communautarisme le plus exalté et défendre des thèses radicales en faveur du gouvernement d’Israël qu’ils auraient été les premiers à rejeter il y a encore peu". Sur cette question de la difficile liberté de parole au sujet du conflit israélo-palestinien, de son envenimement idéologique, de l’amalgame fait entre critique de la politique du gouvernement Sharon et l’interprétation qui en est faite de facto d’un antisémitisme latent ou d’un soutien inconditionnel pro-palestinien, Pascal Boniface veut sortir de l’ornière passionnelle et identitaire et réaffirmer la prévalence du débat démocratique sur le repli identitaire. Au-delà de ses positions critiques, son ouvrage persiste dans un soutien aux hommes de bonne volonté qui tiennent à rester, vaille que vaille, des "artisans de la paix". "Il serait donc préférable pour chacun de faire respecter des principes universels, et non le poids de chaque communauté." --Denis Gombert

About the Author

Spécialiste des questions de géopolitique, Pascal Boniface dirige l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseigne les relations internationales. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages sur les questions internationales, dont Les Guerres de demain et La Terre est ronde comme un ballon aux Éditions du Seuil, Les Leçons du 11 septembre chez PUF, et Est-il permis de critiquer Israël ?, aux Éditions Robert Laffont. Il commente régulièrement l'actualité internationale dans les médias. Il est membre du Comité consultatif auprès du secrétaire général de l'ONU pour les questions de désarmement.

Sell a Digital Version of This Book in the Kindle Store

If you are a publisher or author and hold the digital rights to a book, you can sell a digital version of it in our Kindle Store. Learn more

Customer Reviews

There are no customer reviews yet.
5 star
4 star
3 star
2 star
1 star

Look for similar items by category


Feedback