Customer Reviews


7 Reviews
5 star:
 (5)
4 star:
 (1)
3 star:    (0)
2 star:    (0)
1 star:
 (1)
 
 
 
 
 
Average Customer Review
Share your thoughts with other customers
Create your own review
 
 

The most helpful favourable review
The most helpful critical review


5.0 out of 5 stars Le grand dictionnaire
J ai bien apprendre sur les symptômes de notre cor et voir comment apporter un changement avec de la pensée positive mais dit croire
Published 6 months ago by Robin Gagné

versus
3 of 8 people found the following review helpful
1.0 out of 5 stars Dangereux, informations fausses et désuètes sur plusieurs maladies, entretient les préjugés, porte atteinte à l’estime de soi.
Tout d’abord, j’aimerais préciser qu’en tant qu’infirmière clinicienne, j’adhère pleinement à l’approche holistique des soins de santé, et considère qu’il est impossible de dissocier la santé physique de celle émotionnelle et psychologique.

Si une simple...
Published 19 months ago by Amélie


Most Helpful First | Newest First

5.0 out of 5 stars Le grand dictionnaire, Oct. 10 2013
By 
Robin Gagné "bob" (quebec canada) - See all my reviews
(REAL NAME)   
Verified Purchase(What's this?)
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
J ai bien apprendre sur les symptômes de notre cor et voir comment apporter un changement avec de la pensée positive mais dit croire
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


5.0 out of 5 stars C'est notre bible!, May 15 2013
Verified Purchase(What's this?)
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
Ce livre a changé la vie de ma famille et depuis, j'ai trois amies qui l'ont acheté aussi. Nous le consultons à la maison mais aussi au travail. J'ai trouvé que quand on sait pourquoi on a mal, on peut commencer à guérir. C'est magique et très intéressant!
Mon conjoint appelle ce livre "la Bible" parce qu'il est rempli de vérité! Etes-vous prêts à guérir?
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


5.0 out of 5 stars Une ressource très utile, April 19 2013
Verified Purchase(What's this?)
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
Une ressource très utile pour comprendre le sens à donner à nos malaises physiques, faire le lien sur notre réalité psychologique de vie, s'écouter et tenter de remédier à ces malaises psychologiques.
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


5.0 out of 5 stars Tellement d'information, March 15 2013
By 
Kelly Roughton (Montreal, Quebec, CA) - See all my reviews
Verified Purchase(What's this?)
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
J'aime beaucoup ce livre. Je l'utilise comme le livre de Louise Hay "You Can Heal Your Life" pour stimuler mes reflections sur mon corps et sa connexion avec mon esprit. Fascinant comme point de départ.
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


4.0 out of 5 stars bon pour tous, June 5 2012
Verified Purchase(What's this?)
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
Même si chacun doit prendre que ce qui s'applique à lui-même, ce volume est très utile pour faire l'analyse de ce qui peut être une entrave à sa santé. Bonne lecture et bonne guérison.
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


1 of 1 people found the following review helpful
5.0 out of 5 stars 100% Satisfaction, Oct. 21 2011
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
I was very impressed with their top service and fast delivery. Book is in minth condition. I strongly recommend buying from this provider.
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


3 of 8 people found the following review helpful
1.0 out of 5 stars Dangereux, informations fausses et désuètes sur plusieurs maladies, entretient les préjugés, porte atteinte à l’estime de soi., Sept. 26 2012
This review is from: grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) (Paperback)
Tout d’abord, j’aimerais préciser qu’en tant qu’infirmière clinicienne, j’adhère pleinement à l’approche holistique des soins de santé, et considère qu’il est impossible de dissocier la santé physique de celle émotionnelle et psychologique.

Si une simple émotion, telle la colère, peut entraîner immédiatement une réponse physiologique intense (hausse de pression artérielle, palpitations, augmentation du rythme respiratoire, dilatation des vaisseaux sanguins, mal de tête, tremblements, etc.); on peut facilement s’imaginer les effets à long terme que certains conflits psychologiques non résolus pourraient avoir sur le corps humain.

Néanmoins, si une personne souffre d’un cancer, elle doit tout de même avoir accès à des soins et traitements médicaux professionnels. Peu importe à quel point celle-ci pourra entreprendre une démarche pour « reprendre contact avec mon « moi » intérieur et m’accepter tel que je suis avec mes qualités, mes défauts, mes forces et mes faiblesses »; elle aura néanmoins besoin de traitements. Un concept avec lequel M. Martel serait sûrement 100% d’accord.

Ce livre se veut donc, bien évidemment, un outil thérapeutique complémentaire aux soins médicaux, avec l’objectif de mieux cibler les conflits émotionnels sur lesquels travailler et atteindre un plus grand bien-être malgré la maladie. D’ici là, tout va bien.

Ce que je suis incapable de tolérer, par contre, c’est qu’un document, daté de 2009, se permette de décrire de façon aussi erronée, et avec un manque de mise à jour totale, des informations sur plusieurs des pathologies listées à travers ses pages.

Prenons par exemple « l’hyperactivité ». Tout d’abord, on sait aujourd’hui que les fameux « enfants hyperactifs » souffrent en fait de ce qu’on appelle le TDAH, c'est-à-dire le « trouble du déficit de l’attention / hyperactivité ».

On sait aussi que plusieurs des enfants qui présentent un TDAH ne sont pas du tout hyperactifs, mais semblent plutôt « rêvasseurs » ou lunatiques. Ils sont extrêmement calmes en classe, mais ont beaucoup de difficulté à écouter. Et il faut constamment réussir à captiver leur intérêt pour qu’ils réussissent à se mettre à la tâche.

On sait aussi que le TDAH est un dérèglement neurobiologique qui empêche le lobe frontal du cerveau de se développer adéquatement et/ou au même rythme que chez les autres enfants. On estime que 3-7% des enfants en sont atteints. Et que celui-ci demeure présent chez 2-5% des adultes dans la population (c’est-à-dire que leur cerveau n’a jamais été apte à récupérer ce retard de développement).

On soupçonne également un fort degré de prédisposition génétique. Si un parent est atteint de TDAH, alors ses enfants ont de 40-57% de chances de le développer aussi. Et certaines études sont en train de réussir à démontrer la présence de modifications au niveau des chromosomes de la personne atteinte.
Cette atteinte du lobe frontal entraîne alors des difficultés et des anomalies au niveau du comportement, qui vont se manifester de différentes façons dépendamment du degré d’atteinte.

Mais ,dans tous les cas, ce qu’on observe est un dysfonctionnement important des fonctions exécutives. En particulier en ce qui a trait au contrôle volontaire des impulsions (inhibition), à la mémoire de travail, au contrôle volontaire des émotions, à la planification, et à l’attention.

Par « trouble d’attention », on fait surtout référence au fait que la personne atteinte reçoit un surplus d’informations provenant de son environnement intérieur (émotions, pensées, etc.) et extérieur (éclairage, objets, bruits, odeurs) qu’elle est incapable de filtrer adéquatement et de prioriser. Tout stimulus est traité par le cerveau sur le même niveau de priorité. La personne atteinte n’arrive simplement pas à ignorer les distractions. Non pas à cause d’un manque d’efforts ou de volonté, mais bien parce que son cerveau ne lui permet pas de le faire.

Et, puisque les zones du cerveau liées à l’intelligence et à la connaissance ne sont pas atteintes, elle réussira à comprendre à merveille les instructions de ses parents, professeurs, et/ou employeurs. C’est lors de la mise en application de ses instructions que quelque chose cloche.

Comme dirait le Dr. Russell Barkley « Les gens atteints de TDAH savent très bien ce qu’ils doivent faire; mais ils sont incapable de faire ce qu’ils savent. »
Si on entre un peu plus dans les détails, ce sont particulièrement certains neurotransmetteurs qui sous-performent, et empêchent la personne atteinte d’utiliser efficacement sa fonction exécutive.

Pour compenser et permettre à son cerveau de maintenir le cap et de garder le focus, la personne va typiquement aller rechercher des « psychostimulants » pour activer cette zone du cerveau qui fait défaut. Parmi celles-ci :
Alimentation riche en sucres. Comportements à risque et recherche de sensations fortes. Obsession pour la télévision, l’internet, et les jeux vidéo, etc. Forte consommation de caféine et/ou drogues stimulantes, etc.

Ce que je viens de nommer sont aujourd’hui considérer comme des symptômes de ces dysfonctions neurobiologiques, et non des causes.

La médication offerte vise donc à rétablir l’équilibre au niveau de ces neurotransmetteurs, afin que les zones du lobe frontal responsables du bon fonctionnement des fonctions exécutives arrivent à effectuer leur travail.

Moins de 10% des gens atteints ne répondent pas à la médication. Et sur les 90% chez qui ce traitement se révèle adéquat, 50-65% de ceux-ci vont atteindre un niveau de fonctionnement normal comparable aux gens qui ne sont pas atteints; et 20-30% vont obtenir un soulagement significatif améliorant grandement leur qualité de vie.

Il a de plus été démontré que la psychothérapie, le coaching de vie, et les thérapies énergétiques utilisées seules se révèlent généralement inefficaces. Rappelez-vous! La personne « comprend » ce qu’elle doit faire et ce qu’on lui enseigne. Mais le dysfonctionnement neurobiologique des fonctions exécutives de son cerveau l’empêche de mettre sa connaissance à exécution.

Et, comment M. Martel décrit-il cette pathologie dans son livre?

Outre l’utilisation du terme « hyperactivité » au lieu de « trouble du déficit de l’attention / hyperactivité », il écrit, et je cite :

« Nous savons que l’hyperactivité est causée par les additifs artificiels : l’excès de sucre, les colorants, et le fast-food. »

FAUX! Nous savons que l’hyperactivité est un trouble neurobiologique affectant la performance, et que les enfants (et adultes atteints) ont besoin de « psychostimulants » pour réussir performer. La consommation de sucre et d’aliments riches en « calories vides » (glucides) tels que le fast-food leur permet donc de soulager partiellement de façon rapide et temporaire leurs symptômes.

« Comme parent, avant de penser à mettre mon enfant sur médication, j’aurais grandement avantage à essayer des traitements qui agissent sur le plan énergétique, comme par exemple la détente, l’acupuncture, l’homéopathie, etc. »

FAIT : Les traitements énergétiques sont incapables de corriger un retard de développement du lobe frontal, et de pallier à un dérèglement des neurotransmetteurs. C’est un peu comme si on disait à une personne d’essayer la thérapie énergétique pour remplacer une jambe amputée.

Oui, la thérapie énergétique va peut-être l’aider à mieux accepter l’amputation, gérer son stress, et s’adapter globalement à la situation. Mais cela ne va pas lui donner une nouvelle jambe. Elle aura néanmoins besoin d’une prothèse si elle veut espérer pouvoir réussir à marcher à nouveau.

Eh bien pour le TDAH, c’est exactement pareil. La médication se veut une prothèse qui permet à la fonction exécutive du cerveau de faire son travail.

De telles déclarations risquent d’empêcher l’enfant (et même l’adulte) d’avoir accès au soutien et aux traitements auxquels celui-ci a droit. En quelques sortes, M. Martel encourage les parents à maintenir celui-ci dans son handicap.

« J’accepte de me prendre en mains pour moi-même, d’abord, ainsi que pour le bien-être de mon enfant. »

À cause de l’atteinte des fonctions exécutives, les gens atteints de TDAH sont souvent identifiés comme étant paresseux (ils ont de la difficulté à débuter une tâche, et/ou à compléter celle-ci à cause de leur incapacité à filtrer les distractions), irresponsables (ils évitent toute activité non stimulante et routinière), indisciplinés (ils n’ont pas de source intrinsèque de motivation, mais réagissent constamment à leur environnement), impulsifs (ils manquent de patience, et ont de la difficulté à attendre avant de faire ce qui les stimule), irrespectueux de leur engagements (ils oublient des rendez-vous importants, sont incapables de s’organiser pour arriver à l’heure, etc.), bordéliques (tout traîne autour d’eux)…

Le fait d’entretenir la croyance, ou bien même simplement de laisser planer le doute que « avec un peu de bonne volonté et d’efforts, ces personnes seraient capables de fonctionner normalement et de faire preuve de discipline » entretien l’opinion déjà largement populaire que ces personnes sont responsables de leur état. Qu’ils sont tout simplement fainéants et/ou cherchent à se trouver des excuses pour éviter de faire ce dont ils n’ont pas envie. D’échapper à leurs responsabilités.

On renforce la stigmatisation du patient par la société, porte atteinte à son estime de soi, et le fait sentir coupable pour chercher à avoir accès à des traitements efficaces (ex : médication) pour réussir à pallier à son handicap.

Je trouve complètement aberrent qu’un livre qui vise à aider la personne à se libérer de conflits émotionnels et psychologiques, afin d’améliorer son état de santé globale, soit si mal informé sur ce que vivent réellement les patients atteints de ces maladies.

Et surtout, que l’auteur se permette en plus d’émettre une recommandation sur le traitement qu’il considère approprié (mettre de côté la médication au profit de thérapie énergétique), alors qu’il est évident qu’il ne possède aucune formation ou même connaissance de base en lien avec ce trouble.

Définitivement à éviter.
Help other customers find the most helpful reviews 
Was this review helpful to you? Yes No


Most Helpful First | Newest First
ARRAY(0xc3b3ae40)

This product

grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le)
grand dictionnaire des malaises et des maladies (Le) by Jacques Martel (Paperback - Feb. 26 2007)
CDN$ 34.95 CDN$ 28.64
In Stock
Add to cart Add to wishlist
Only search this product's reviews